Illustrations de la censure d’internet dans le monde

Edito d’un Auticonsultant

Ces derniers jours, deux faits ont illustré le phénomène de la censure d’Internet, à l’échelle d’états de grande importance. Le phénomène n’est pas nouveau mais il s’étend à de nouveaux plans du web au fur et à mesure que celui-ci continue son développement. De manière presque simultanée, la Chine et la Russie, qui étaient déjà connues pour la censure d’Internet, ont continué dans cette politique en s’attaquant chacune de leur côté à WhatsApp et Facebook, respectivement .

En Chine, WhatsApp était utilisée depuis des années par les internautes chinois comme moyen de contourner la censure massive de cet état de 1,3 milliard d’habitants. La célèbre application permettait au contenu des messages de rester secret. Les services informatiques du gouvernement chinois, faute de pouvoir accéder au contenu, ont néanmoins réussi à bloquer l’application elle-même. WhatsApp utilise en effet une technologie de chiffrement des messages peu répandue, et les autorités chinoises ont réussi à identifier et bloquer le protocole utilisé, empêchant l’utilisation de l’application.

En Russie, le blocage de Facebook est dû à d’autres raisons. Le gouvernement nationaliste de Vladimir Poutine mène, dans sa droite ligne idéologique, également une politique nationaliste en ce qui concerne Internet. Depuis plusieurs années, le gouvernement russe fait pression sur de grands acteurs du net pour que les données qui concernent les utilisateurs russes soient stockées également en Russie. Une loi a même été votée dans ce sens en 2015 et son non-respect par LinkedIn a entrainé le blocage du site dans le pays entier. Actuellement, Facebook est dans le collimateur des autorités russes, qui menacent de bloquer à son tour le réseau social s’il ne se conforme pas rapidement à la nouvelle loi. D’autres grands acteurs du web, comme Twitter ou Google, se sont déjà pliés à la réglementation ou ont demandé un laps de temps pour la migration de leurs données.

Il se confirme donc que le blocage de services en ligne aussi massivement utilisés dans le monde que LinkedIn ou WhatsApp (sans parler des déboires de Google et Facebook en Chine) est un phénomène qui a en l’état actuel des choses, sous un plan technique et technologique, de beaux jours devant lui.

Portes-Ouvertes Jeudi 19 : Auticonsult vous invite à une soirée Jeux Vidéos Rétros ! Autisme & Emploi : Forum Handi-Focus