La montée en puissance des supercalculateurs chinois

Edito d’un Auticonsultant

Depuis fin 2010, la Chine occupe en permanence la première place du TOP500, le classement mondial des plus puissants ordinateurs, grâce à trois machines différentes qui ont occupé successivement la première place.

Si les performances quantitatives des superordinateurs chinois sont connues, il planait régulièrement des doutes sur les capacités pratiques de ces monstres de calcul, utilisés dans des domaines aussi variés que la simulation nucléaire, la physique des particules ou la météorologie. Selon certains observateurs, le principal intérêt de ces machines était politique plus que technique. En effet, les Chinois ne possèdent pas la capacité technologique de les rendre réellement utilisables, et sont en plus totalement dépendants des importations de composants électroniques.

Récemment, le supercalculateur Tianhe-2, qui était jusqu’à l’an dernier le plus puissant ordinateur au monde, a bénéficié d’une amélioration très nette de ses performances, sa puissance ayant augmenté de plus de 50%. Le fait en soit n’est le plus intéressant. En effet, l’ordinateur était équipé de puces américaines et le gain de puissance vient en partie de leur remplacement par des processeurs d’origine chinoise, répondant au nom de Matrix2000.

Il s’agit d’une confirmation de ce qui avait déjà été constaté en 2016, quand l’actuel leader du TOP500, le Sunway TaihuLight, avait été mis en service, en détrônant d’ailleurs le Tianhe-2. Les Chinois cherchaient alors à développer leur indépendance en matière de puces informatiques par rapport aux Américains. De plus, placés sous embargo technologique pour les puces de supercalculateurs, ils avaient en grande partie équipé la machine d’une première génération de puces de conception chinoise, différente de celle du Tianhe-2.

De ce point de vue, le nouveau surcroît de puissance du Tianhe-2, qui renforce sa deuxième place dans le TOP500, confirme un phénomène très important dans l’informatique de haute puissance. L’ambition chinoise de développer des processeurs de qualité au moins équivalente aux Intel des Américains n’est pas près de s’éteindre.

Article rédigé par notre Consultant Nicolas M. en collaboration avec notre Assistant Marketing & Communication Jonathan M.

Interview de notre président William Cunche dans l’émission Europe 1 Bonjour Un franc succès pour notre soirée portes-ouvertes rétro !