L’autisme est un syndrome influençant la perception, la cognition et les émotions d’une personne.

L’autisme, ou trouble du spectre autistique (TSA) est défini internationalement comme un « trouble neurodéveloppemental ». Cette appellation est de plus en plus critiquée par une partie de la population avec ou sans autisme, qui lui préfère l’expression « variation neurodéveloppementale » et parle de « neurodiversité ». Les trois caractéristiques principales propres à l’autisme sont:

  • des difficultés ou différences qualitatives au niveau des interactions sociales,
  • des difficultés ou différences qualitatives au niveau de la communication
  • des comportements, intérêts ou activités restreints et répétitifs.

Ces trois caractéristiques doivent être réunies pour poser le diagnostic de trouble du spectre autistique. Une autre particularité doit être prise en compte car, même si elle n’est pas indispensable au diagnostic, elle est souvent présente chez les personnes du spectre autistique et peut être très difficile à vivre au quotidien : l’hypersensibilité sensorielle. Il s’agit d’une sensibilité exacerbée aux bruits, à la lumière, au toucher, aux odeurs ou encore aux goûts, selon la personne.

Les employés avec autisme sont des valeurs ajoutées pour votre business.

Les difficultés spécifiques à l’autisme

Malgré leurs qualités exceptionnelles, beaucoup d’autistes de haut niveau éprouvent des difficultés au niveau de la communication et des interactions sociales quotidiennes sur le lieu de travail.

Les discussions de couloir, les nombreux stimulus sensoriels, l’interprétation des signaux non-verbaux (expressions faciales, langage corporel), ainsi que l’usage de l’ironie, du sarcasme ou d’expressions de langage, peuvent provoquer un stress continu pour une personne avec autisme. Beaucoup de gens du spectre autistique ont tendance à prendre les règles au pied de la lettre et ont du mal à accepter une réalisation qui n’est pas tout à fait conforme aux standards, ou à travailler de manière flexible en cas de changements imprévus. D’un côté, cela fait d’eux des employés hautement consciencieux ; d’un autre côté cela peut provoquer des malentendus dans certains contextes sociaux et professionnels – notamment si les équipes ou superviseurs n’ont pas connaissance du diagnostic d’autisme de leur collègue.

Aujourd’hui on estime que seuls 10-15% des adultes ayant un diagnostic de syndrome d’Asperger ont des emplois qualifiés dans le milieu ordinaire.

Les qualités spécifiques à l’autisme varient beaucoup selon les individus mais incluent souvent :

  • des capacités de logique et d’analyse
  • des capacités de concentration soutenue et de persévérance même lorsque les tâches sont répétitives
  • des personnalités consciencieuses, loyales et sincères
  • un œil exceptionnel pour les détails, les déviations et erreurs potentielles
  • un approfondissement continuel de leurs compétences et objectif, et un souci authentique de la qualité
  • un goût prononcé pour le factuel et pour l’exhaustivité dans l’expertise technique

Les personnes autistes de haut niveau perçoivent les choses différemment et excellent souvent dans ce qu’on appelle leurs « intérêts spécifiques ».

 

Un point de vue différent

Les personnes du spectre autistique perçoivent les choses différemment des non-autistes. Habituellement, les personnes non-autistes perçoivent premièrement les choses d’une façon holistique, globale, puis les divisent en plusieurs détails, en modules uniques. Les personnes avec autisme pour leur part, ont plutôt tendance à percevoir les détails, les structures de base en premier, puis à les intégrer pour former un tout, pour aboutir à une vision holistique.

Dans un contexte professionnel, ces perspectives alternatives d’un seul et même concept peuvent élargir grandement la compréhension et ouvrir à d’autres solutions.

La reconnaissance de formes, de modèles, de « patterns »

Beaucoup de personnes autistes de haut niveau sont capables de reconnaître des modèles dans des grandes structures ou bases de données, et ceci sans efforts. Grace à leur mode de perception “ascendant”, partant de la base et des détails pour remonter vers le sens global, les déviations et erreurs leur apparaissent immédiatement. Cette compétence unique est extrêmement précieuse dans l’analyse et l’évaluation de données massives mais aussi dans le cadre de l’assurance qualité et de la conformité.

Les intérêts spécifiques

Avoir un ou plusieurs intérêts spécifiques est commun chez les personnes ayant un autisme de haut niveau. Les intérêts spécifiques sont des activités ou centres d’intérêt, des « hobbies » très intensifs, dans lesquels l’individu acquière une expertise très large et un savoir-faire technique. Les intérêts spécifiques typiques chez les gens du spectre autistiques portent sur des domaines structurés de façon logique ou systématique, comme les mathématiques, la physique, les langages, la musique, l’ingénierie, l’informatique ou les statistiques. Mais ces intérêts spécifiques peuvent également porter sur des domaines tout autres, comme la littérature médiévale ou encore les oiseaux !

Un authentique souci de la qualité

Beaucoup de personnes du spectre autistique n’ont même pas besoin de chercher les erreurs – elles leur apparaissent comme marquées au fluo. Certaines disent même que ces erreurs les « agressent ». Cette caractéristique unique alliée avec leur souci de la qualité et leur attention soutenue dans des tâches répétitives fait d’eux des employés précieux dans le champ du test de logiciel, de l’assurance qualité et de la conformité.

Job coachs : mettre l’accent sur les qualités et forces propres à l’autisme

Auticonsult emploie des coaches qualifiés pour créer un environnement de travail permettant aux employés sur le spectre autistique de réaliser leur véritable potentiel. Les coaches sont spécialistes de l’autisme. Ils façonnent le processus de recrutement et la prise de poste, soutiennent et conseillent individuellement les consultants dans tous les aspects de la communication et de l’organisation, et assurent l’évolution harmonieuse de la mission. Ils agissent en conseillers extérieurs et médiateurs entre le consultant et ses employeurs ou collègues de l’entreprise cliente.

Les missions des coaches Auticonsult :

  • Information des entreprises clientes et de leurs équipes sur ce qu’est l’autisme et conseils sur la façon de créer un environnement de travail convivial pour les consultants sur le spectre autistique ;
  • Préparation des consultants avec autisme à la communication en entreprise et aux demandes sociales spécifiques à l’environnement de travail de leur mission dans l’entreprise cliente ;
  • Soutien individuel des consultants et disponibilité à la demande ;
  • Rôle de médiateur dans la communication et le feedback entre les clients et les consultants.

Le spectre autistique

Les études épidémiologiques récentes révèlent que les troubles du spectre autistique touchent environ une personne sur 100, et que 40 à 60% de ces personnes ont des capacités intellectuelles normales ou supérieures (telles qu’évaluées par les tests de QI).

Il est important de comprendre la notion de « spectre » autistique, qui désigne la diversité immense des profils des personnes du spectre autistique. En effet, comme chez les personnes non-autistes, chaque personne du spectre autistique a un profil de caractéristiques unique, et de nombreux professionnels soutiennent qu’il y a autant de formes d’autisme que de personnes autistes. Il est surprenant de constater à quel point, pour un même diagnostic, les signes et symptômes, leur sévérité et leur évolution peuvent varier d’une personne à l’autre. Ces personnalités et parcours souvent assez extraordinaires en font des personnes uniques en leur genre.

On a longtemps distingué différentes formes d’autisme, tels que l’autisme de Kanner, l’autisme d’Asperger, ou l’autisme atypique, mais les symptômes autistiques sont si variés que les frontières entre les diagnostics n’étaient pas claires. Les normes internationales réunissent aujourd’hui ces différents diagnostics sous le terme générique de troubles de spectre autistique, mais en spécifiant différents degrés de sévérité des symptômes. On désigne les formes d’autisme qui ne sont pas accompagnées d’un retard intellectuel par le terme d’autisme de haut niveau.

Certains anciens diagnostics, si ils ont disparu des manuels les plus récents, restent largement utilisés. Hans Asperger (docteur et éponyme du syndrome d’Asperger, 1906-1980) considérait le « trouble autistique » comme faisant partie du continuum naturel des compétences humaines. Les capacités cognitives des personnes ayant un syndrome d’Asperger leur permettent souvent de compenser les difficultés liées à leur autisme – de ce fait, le syndrome d’Asperger est souvent considéré comme un « handicap invisible » et diagnostiqué tardivement. La découverte du diagnostic à l’âge adulte aide beaucoup de personnes à mieux comprendre leurs propres comportements et difficultés rétrospectivement.