W3Schools

Covéa x auticonsult : la Big Data de manière inclusive ?

C’était une belle expérience humaine et professionnelle, c’est motivant et novateur. La différence est une richesse, sans aucun doute.

Contexte de la mission

Il y a 3 ans, le groupe Covéa avait terminé le regroupement de la gestion des données des 3 marques MAAF, MMA et GMF en un seul Datahub. Dans ce contexte, Mathieu (Manager du Datahub) avait besoin de talents pour optimiser le fonctionnement.

Avec Jean (Directeur du Datahub), ils souhaitaient intégrer plus de diversité dans leurs équipes et ont donc fait appel à auticonsult pour mener à bien ce travail d’optimisation.

En compagnie de Laurent, Intégrateur autour de solution Big Data chez Covéa et Référent du consultant auticonsult, ils témoignent tous les deux leur expérience de travailler avec un professionnel autiste.

Voici l’interview de Mathieu (M) et de Laurent (L) :

 

Comment s’est déroulée l’intégration du consultant ?

M : L’intégration s’est bien passée. Les membres de notre équipe s’entendaient déjà bien, et lorsque j’avais abordé cette démarche auticonsult tous avaient spontanément adhéré. Le consultant a bénéficié d’un bon accueil, par exemple l’équipe lui proposait dès son arrivée de déjeuner ensemble mais sans insister plus que nécessaire.

L : C’est vrai qu’au tout début, j’avais des craintes que l’intégration du consultant prenne beaucoup de temps. Mais si on respectait ses particularités (comme ses hypersensibilités) en lui attribuant par exemple un bureau avec peu de passage, c’était juste un collaborateur plus réservé que d’autres au final. La Job Coach nous avait très bien expliqué les difficultés professionnelles que pouvaient induire l’autisme. Cela se ressent très vite sur le terrain, et on comprend rapidement que Joseph n’est pas à l’aise avec les approximations, les sous-entendus.

 

La crise sanitaire a-t-elle impacté cette intégration ?

M : La crise a conduit à un éloignement drastique dès le premier confinement. Il y a eu une perte du contact social que toute l’équipe appréciait, mais tout le monde a su s’adapter y compris Joseph (consultant auticonsult).

L : La distanciation était difficile pour Joseph, mais il n’éprouvait pas de difficultés à communiquer et participer aux réunions en ligne. Certaines périodes ont été un peu dures, le confinement survenant dès le début de la mission, mais nous avons pu les traverser sans que l’intégration de Joseph n’en pâtisse véritablement. C’est vrai que le consultant faisait part de la baisse de lien social causées par les différents confinements (en effet, une personne autiste peut être plus réservée mais peut aimer les liens sociaux également), mais notre équipe échangeait régulièrement avec lui et la Job Coach d’auticonsult était heureusement là pour lui.

 

En parlant de Job Coach, qu’est-ce que le coaching vous a apporté ?

M : En plus des points qu’elle a régulièrement avec Joseph, la Job Coach nous a partagé des recommandations sur l’autisme en général mais aussi spécifiquement sur le consultant auticonsult lors de la réunion de sensibilisation. Ces recommandations étaient très bien prises en compte par l’équipe. Tout le monde avait bien compris et savait comment communiquer avec Joseph. Mais en même temps, ça ne nous a pas empêchés d’avoir une relation tout à fait « normale » avec lui. Cette sensibilisation était très importante et je suis content qu’auticonsult l’ait organisée avant la mission.

L : Joseph n’éprouve aucun problème à communiquer sur son ressenti, et la manière dont il aborde les sujets. Malgré cela l’aide de la Job Coach est précieuse pour nous rassurer sur les tâches que nous confions à Joseph, et nous conforter dans nos choix.

 

Selon vous, quelle est la plus grande force du consultant ?

M : En tant que manager je dirais sa posture, il inspire confiance car on voit tout de suite qu’il est carré, et il a toujours été congruent avec sa posture. Également son professionnalisme, sa rigueur et bien sûr le fait qu’il n’oublie rien.

L : Joseph est très rigoureux dans son travail, il ne laisse pas les sujets sans réponse s’accumuler et n’hésite pas à relancer les collègues dont il attend les retours, directement ou par mon intermédiaire. On peut lui faire entièrement confiance pour garder à l’esprit l’exhaustivité de ses sujets et chercher à continuellement les faire avancer.

 

La collaboration avec auticonsult a-t-elle eu un effet positif sur l’équipe ? Si oui le(s)quel(s) ?

M : Oui sans aucun doute. Parmi les nombreux effets positifs, il y a tout d’abord l’aspect humain du projet qui s’intègre dans notre culture de mutuelle. La démarche est également très fédératrice et renforce la cohésion collective.

L : Je ne connaissais l’autisme qu’au travers de reportages, et pouvoir côtoyer et travailler avec des personnes qui vivent avec permet de mieux comprendre leurs difficultés. Cela a des répercussions en dehors du monde professionnel également, et permet de parler de l’autisme autour de soi.

 

Comment résumeriez-vous cette expérience ?

M : C’était une belle expérience humaine et professionnelle, c’est motivant et novateur. La différence est une richesse, sans aucun doute. Nous referons appel à auticonsult dès que de nouveaux projets s’y prêteront.

L : Cette expérience est très enrichissante, c’est très réconfortant de voir que dans notre monde compétitif, il y a de la place pour des sociétés comme auticonsult.

Témoignage de Mathieu Bonelli et Laurent Cailleteau.
(Respectivement) Responsable Datahub et Intégrateur autour de solution BigData chez Covéa.

Right Menu Icon