W3Schools

Mon parcours professionnel en tant que technologue autiste

Un employé d’auticon détaille son parcours pour trouver un emploi.

Si vous lisez cet article sur notre site, je suppose que vous vous connaissez les chiffres sur l’emploi des personnes sur le spectre de l’autisme (75 à 85 % des autistes sont sans emploi ou sous-employés). Vous êtes peut-être, ou connaissez peut-être, un diplômé de l’enseignement supérieur ayant obtenu un diplôme prestigieux qui a coûté énormément d’argent et de temps, mais qui, malgré cela, ne parvient pas à trouver un emploi en raison de difficultés lors des entretiens d’embauches.

Dans notre imaginaire collectif, si vous obtenez un diplôme pertinent et que vous êtes qualifié pour la voie que vous voulez, vous pouvez, si vous fournissez assez d’efforts, construire votre carrière. C’était le deal, n’est-ce pas ? Mais malheureusement, pour l’écrasante majorité des personnes sur le spectre, ce n’est pas le cas, car il faut « payer une taxe cachée » celle des compétences sociales qui se trouve à tous les niveaux. C’est une taxe que beaucoup d’entre nous ont du mal à payer, en particulier pendant la phase des entretiens d’embauche.

Quant à moi, j’ai 22 ans, et bien que je n’aie pas de diplôme universitaire, je suis autiste, et j’ai fait l’expérience des mauvais entretiens d’embauche à plusieurs reprises dans le passé. Cependant, j’ai un emploi maintenant, avec un parcours professionnel prometteur, parce qu’auticon a vu ce que j’étais capable, au lieu de se concentrer sur ce que je ne pouvais pas. Voici l’histoire de mon emploi chez auticon, pendant l’année la plus conséquente et tumultueuse de notre vie (covid).

Lorsque j’ai postulé, mes seules qualifications pour le poste étaient un diagnostic d’autisme, une tête à peu près convenable sur mes épaules, un sens aigu du détail et un diplôme d’études secondaires. Ma seule expérience « professionnelle » antérieure était un emploi d’été où je réorganisais les rayons d’une grande surface, où je n’ai même pas tenu trois semaines. Malgré cela, auticon avait besoin de nouveaux talents, et j’ai eu la chance d’entendre parler d’eux au bon moment.

J’ai donc postulé et été acceptée pour un programme de formation de plusieurs semaines, je l’ai réussi et, en janvier 2020, j’ai été engagée pour un stage. Même pas six mois auparavant, je pensais que remplir des étagères et essayer de ne pas craquer serait mon lot dans la vie. Pourtant, tout d’un coup, j’étais dans un vrai bureau, où le fait que je sois jeune, que je manque d’expérience ou que je n’aie même pas de diplôme universitaire n’avait aucune importance. Tout ce qui comptait, c’était que je savais comment tester des logiciels, et que j’étais vraiment bon à ça.

Du jour au lendemain, la promesse « si vous pouvez faire le travail, vous pouvez obtenir un poste » s’est concrétisée, et j’ai commencé une routine quotidienne dont j’avais seulement rêvé : gagner ma vie en m’asseyant à un bureau dans une pièce sombre et tranquille, en appuyant sur des boutons sur un clavier. Puis, bien sûr, la pandémie a frappé, et très vite, je me suis retrouvé à faire tout ce qui précède, mais en pyjama.

J’habite très loin des locaux et je ne conduisais pas, je devais donc me déplacer en bus. Lorsque la pandémie a commencé à exploser en mars, j’ai eu peur des transports en commun et j’ai hésité à faire part de mes inquiétudes à mon supérieur, m’attendant à ce qu’on me dise de me débrouiller. Mais, l’instant d’après, sans autre question ni hésitation, j’ai reçu la permission de travailler à domicile, avec effet immédiat. L’un des chefs d’équipe m’a même aidé à emballer toutes mes affaires et m’a ramené chez moi dans sa voiture, le jour même, pour que je n’aie pas à prendre les transports en commun ou à revenir au bureau et à me mettre inutilement en danger.

C’est le jour où j’ai eu un déclic, le jour où j’ai pleinement compris qu’il s’agissait de plus qu’un travail. J’ai appris que même un jeune stagiaire inexpérimenté, avec un mois et demi d’expérience, signifie plus pour ses chefs et ses superviseurs qu’un simple nom sur la liste de paie. La vielle rhétorique d’entreprise du « nous sommes dans le même bateau » qui décore généralement les affiches sans âme sur les murs gris et vides, a soudainement vu « la vie lui être insufflée ». La leçon que j’ai appris ce jour-là est quelque chose que j’ai depuis pris à cœur dans ma carrière, et alors que toute l’entreprise est progressivement passée au travail à domicile, auticon n’a jamais dérogé à ce précédent prometteur.

Je ne vais pas prétendre que c’était « un chemin pavé de roses » par contre car ce n’était pas le cas. Nous avons tous eu des difficultés à nous adapter au travail à domicile. Les retards dans la résolution des difficultés techniques que j’ai rencontrées, l’isolement, le drame de toute ma famille qui a également eu du mal à s’adapter, et les nouvelles dramatiques diffusées chaque jour à la télévision, suffiraient à rendre fou n’importe quel technologue autiste.

Mais j’ai bénéficié d’un excellent soutien, et il n’y a jamais eu de place pour douter que cette organisation était bien pilotée, et que je m’en sortirais. Je n’ai pas rejoint auticon en sachant que j’arriverais à l’épicentre de l’année la plus marquante de son histoire, mais même si c’était le cas, je savais que je n’avais rien à craindre. Des réunions hebdomadaires ont été organisées, au cours desquelles j’ai pu rencontrer un coach professionnel qui était toujours là pour discuter de ce qui me tracassait, demander de l’aide ou simplement me défouler, à un clic et demi.

Après de nombreux mois de travail assidu et de dévouement inébranlable, en m’appliquant dans un environnement où j’en avais la capacité, j’ai reçu la nouvelle de la fin de mon stage, et j’ai été promu analyste. Quand j’imagine mon avenir, je sais que les prochaines étapes consisteront à élargir autant que possible l’ensemble des compétences que j’ai acquises. J’ai déjà diversifié mon expertise dans l’ingénierie de l’intelligence artificielle, la rédaction (bien sûr), la certification de sites Web et de logiciels, et la gestion des données.

L’impact positif que cette carrière a eu sur moi, matériellement et mentalement, ne peut être surestimé. Le degré de dévouement d’auticon à l’égard de chaque individu, du Senior Analyst au stagiaire au plus bas de l’échelle, est honnêtement doux-amer, car aussi merveilleux que cela soit, j’en suis venu à comprendre sa nécessité pour le travailleur autiste. Bien que je me réjouisse de l’esprit pionnier d’auticon et de sa prise de conscience de l’importance de ces structures de soutien, et combien les travailleurs autistes peuvent être essentiels si on leur permet d’exceller, je déplore que de telles choses soient encore une minorité dans le monde du travail aujourd’hui.

Le parcours que j’ai suivi, de la formation à Analyste, m’a déjà beaucoup apporté, mais voir ce qui m’attend au-delà et savoir, sans l’ombre d’un doute, que mes meilleurs jours dans ce travail sont encore à venir, me remplit de joie et d’espoir dont, heureusement, je n’étais pas si dépourvue au départ.

Daniel est un étudiant à temps partiel qui a obtenu son diplôme de l’Académie Bridges en 2016 et a rejoint auticon en 2020. Il a une expérience antérieure en tant que stagiaire saisonnier chez W Machine Works, ainsi que plusieurs autres postes d’été allant du travail de réceptionniste à la vente au détail. Son emploi chez auticon est la première étape de son parcours professionnel en tant que technicien, lui permettant de travailler dans le cadre de ses intérêts, de jouer sur ses forces uniques, de développer ses compétences et de gravir les échelons de la réussite.

Right Menu Icon