Accueillir un consultant autiste : une expérience fascinante chez Décathlon

Accueillir un consultant autiste : une expérience fascinante chez Décathlon

Notre équipe cherchait juste un consultant qui sache bien faire le travail. Ce qui en est ressorti est bien plus qu’une mission réussie.

La demande initiale

Au début, notre équipe était à la recherche d’une personne pour une mission de migration d’un outil de ETL. Un travail qui peut paraître simple mais qui au fond est compliqué à cause des nombreux aléas que l’on peut rencontrer. La personne en charge de cette mission devait s’assurer que tous nos traitements restaient opérationnels sur la nouvelle version de l’outil.

On ne cherchait pas spécifiquement une personne sur le spectre de l’autisme ou étant en situation de handicap, juste une personne compétente et qui connaissait l’outil ce qui était le cas de Laurent (consultant auticonsult). C’est comme ça que l’aventure a commencé.

La sensibilisation

Au début de la mission, une job-coach est venue nous faire une sensibilisation sur l’autisme et les particularités de Laurent. Elle nous a beaucoup aidé à comprendre ce « trouble » car très peu de personnes connaissaient l’autisme dans notre équipe. Cette sensibilisation nous a permis de comprendre ce qu’était le spectre de l’autisme, et comprendre la raison de la discrétion de Laurent.

Quand la mission a démarré et qu’on a commencé à travailler avec Laurent, la communication s’est finalement bien passée entre nous. Certes, Laurent n’allait pas de lui-même faire des ragots à la machine à café mais on n’a pas ressenti de réelles difficultés pour communiquer.

Le travail

En ce qui concerne la qualité du travail, je me rendais compte que Laurent réfléchissait « différemment » et ceci apportait une vision innovante sur la mission. Je m’en suis rendu compte notamment à l’initialisation du projet. Laurent a su décortiquer les travaux existants et tout référencer dans un tableau pour faciliter le projet. Il a rigoureusement parcouru l’ensemble des travaux pour les cartographier. Avec le nombre de jobs et de sous jobs que cela représentait, la tâche était fastidieuse, mais ça ne semblait pas préoccuper Laurent qui souhaitait simplement aboutir cette tâche qu’il avait entreprise.

La mission ayant démarrée peu avant le confinement, Laurent a commencé le travail à distance à 50% puis est passé à 100% en télétravail. Mais ceci n’a pas semblé le gêner et tout s’est bien passé au final.

Ce que je retiens

Je suis très content d’avoir fait la démarche, très content d’en savoir plus sur l’autisme et très content également d’avoir partagé cette expérience avec l’équipe.

Outre la qualité du travail fourni par Laurent, la sensibilisation faite au début de la mission a été particulièrement appréciée par mes collègues. J’étais moi-même surpris d’avoir des échos positifs de ma hiérarchie lors de mon entretien mensuel.

On parle toujours de prendre les meilleurs chez Décathlon et l’autisme n’a pas été un frein pour choisir les meilleurs talents. C’était une belle découverte, humaine et technique.

 

Témoignage de Charles-Adrien LE TETOUR
Leader Dev Data chez Decathlon

« Le handicap est une affaire de perspective »

« Le handicap est une affaire de perspective »

Le 3 décembre est la journée internationale des personnes handicapées. Pour cette journée célébrée mondialement, notre consultante Laura s’exprime sur son autisme. Elle démontre notamment que, contrairement aux idées reçues, c’est la situation qui est handicapante en réalité, pas l’autisme en soi. Explications.

Il y a des mots qui sont plus faciles à assumer que d’autres. « Autiste », par exemple. Entre le moment où j’ai compris que ce mot pouvait s’appliquer à moi et le moment où je l’ai accepté, il s’est écoulé un an. Un an pour assimiler avant de prendre le chemin du diagnostic, pour être sûre. Alors imaginez un peu ce que ça a pu donner avec le mot « handicap ». Handicapée, moi ? Non, jamais ! J’ai toujours essayé d’être Super Woman, de pouvoir me débrouiller toute seule pour tout (très mauvaise façon de vivre sa vie, je sais. Je me soigne 🙂). Il suffit qu’on me dise « tu n’es pas capable de… » pour que je me retrouve harnachée à 90m de hauteur… Bref, non je ne me sens pas handicapée. 

Pourtant, il arrive que je sois en situation de handicap. La nuance est importante. Confinée, en télétravail, chez moi ? Je suis Super Woman. Hyper productive, je n’ai pas besoin de voir mes collègues plus que pendant les quelques réunions Visio qui sont programmées. Je suis comme un poisson dans l’eau, tout va bien (en plus le café est bon). En revanche, à 15 à discuter autour de la machine à café, là oui. Je suis en situation de handicap. Se concentrer sur les 4 différentes discussions, essayer de répondre en restant dans le sujet, faire abstraction du bruit des machines, des gens qui entrent et qui sortent… Certains appellent ça une pause, pour moi c’est une épreuve sportive. Je suis épuisée après ça. Ou après une heure dans les transports en commun, une soirée ou une réunion.

Mais peu importe ce qui nous vaut cette étiquette, ce sont certains éléments qui nous mettent en situation de handicap. Alors que pour certaines choses, nous sommes bien plus efficaces ou débrouillards que les personnes dites « normales ». Vous ne me croyez pas ? Demandez aux personnes aveugles qui servent dans le restaurant « Dans le noir » … Demandez à un voyant de faire pareil pour voir. Impossible ? Et pourtant. C’est le genre de gymnastique que nous faisons tous les jours, parfois même sans y penser. Vous voyez une personne handicapée, je vois une personne qui arrive à vivre dans une société qui n’est pas faite pour lui. Vous rêveriez d’avoir ces capacités d’adaptation !

Facebook

En chargeant le message, vous acceptez la politique de confidentialité de Facebook
En savoir plus

Charger un poste

Du coup oui, aujourd’hui, j’ai pu demander que mon environnement soit aménagé pour que je m’y sente bien. Parce que j’ai adapté ma vie personnelle pour éviter les situations qui m’handicapent, mais je ne peux pas le faire dans mon travail. Au début j’avais l’impression de tricher, de profiter d’un privilège que je n’aurais pas dû avoir mais je me suis vite rendu compte de l’impact que ça avait sur moi, sur ma fatigue, sur ma vie. Et j’ai fini par comprendre que ce n’est pas un privilège mais juste une manière de me remettre un peu à égalité avec les autres. Et au bout de 16 ans de carrière, je commence enfin à découvrir qu’on peut s’épanouir au travail. 

Finalement, le handicap est une affaire de perspective. On en revient à cette citation d’Einstein : « si vous jugez un poisson sur ses capacités à grimper à un arbre, il passera toute sa vie à croire qu’il est stupide. » Alors oui, dans la société actuelle, nous, petits poissons handicapés, que nous soyons autistes, sourds, non-voyants, avec un handicap physique ou tous les autres, nous nous retrouvons souvent devant des arbres. Des forêts, même. Mais si vous poussez un peu les arbres et que vous faites un peu de place pour mettre des rivières, vous allez voir plusieurs choses :  

  • Les rivières, c’est joli.
  • On peut avancer aussi bien, sinon mieux en nageant dans une rivière qu’en sautant d’arbre en arbre. 
  • Les rivières, ça aide les arbres à pousser.  

Faites-nous juste un peu de place et vous verrez le changement. Pas seulement pour les personnes autistes, mais faites de la place pour tous ceux qui sont différents. Que le handicap soit visible ou invisible, acceptez la différence. Embrassez-là ! Bien sûr, tout le monde ne pourra jamais être à égalité, c’est évident. Mais faisons tous un effort pour que tout le monde ait sa place, se sente à sa place et se sente inclus. C’est possible en nous adaptant juste un peu pour que ce soit plus facile pour tous ceux qui ne rentrent pas dans le moule pour une raison ou pour une autre, je suis persuadée que ça changerait tout. Parce que si on fait en sorte que les gens soient juste un peu moins en difficulté, il y a des situations où le handicap peut disparaître, où le réel potentiel de chacun peut être libéré. Et c’est tellement reposant de faire les choses sans avoir à penser à sa différence ! 

Photo d'une forêt et d'une rivière ensemble

On n’est pas bien, là ? 

 

Laura, consultante informatique chez auticonsult 

 

Vous voulez en savoir plus sur le modèle atypique d’auticonsult ? Comment nous faisons pour réduire ces situations handicapantes en entreprise et permettre aux personnes autistes d’exprimer leur plein potentiel ? Alors allez voir notre rubrique « À propos d’auticonsult »

Rapport d’Impact : Que disent nos clients ?

Rapport d’Impact : Que disent nos clients ?

Plus tôt cette année, nous avons publié notre rapport d’impact social. Ce dernier montre les bénéfices de travailler avec des personnes autistes et l’avantage pour elles d’exercer leur profession dans un environnement de travail sensible à leur singularité. Zoom cette fois-ci sur les chiffres de notre sondage client Français !

Notre ESN a été créée dans un contexte où les personnes autistes avaient (et ont toujours) des difficultés d’accès à l’emploi – même en ayant de réelles compétences – à cause des préjugés qui existent sur l’autisme.

Changer la perception de l’autisme dans les environnements de travail était donc nécessaire. Notre modèle d’entreprise de services permet un double impact dans ce sens :

  1. en offrant aux personnes sur le spectre de l’autisme des carrières de qualité à la hauteur de leurs compétences et
  2. en accompagnant les clients dans cette démarche d’inclusion et de valorisation de la neurodiversité.

C’est donc avec joie que nous vous partageons les résultats de notre sondage client par cette infographie. Ces résultats nous motivent dans nos efforts pour tendre vers l’égalité d’accès à l’emploi pour les personnes autistes !

Si vous êtes un(e) employeur/employeuse, ayez confiance (comme nos clients) et n’hésitez pas à embaucher des professionnels autistes qui sont aussi compétents que les autres professionnels. De nombreux accompagnements sont possibles pour que cet accueil se passe pour le mieux !

Si vous avez des projets dans l’IT ou dans la Data, alors n’hésitez pas à faire appel à nos services en nous contactant sur contact@auticonsult.fr

Champ d'orangers

Andros x auticonsult : « une vision différente et surtout complémentaire à notre sujet »

Andros x auticonsult : « une vision différente et surtout  complémentaire à notre sujet »

auticonsult ou comment s’adapter aux spécificités de notre interlocuteur tout en optimisant nos résultats ! C’est par ces mots que je résumerai l’intervention d’auticonsult dans le traitement, à priori simple, de dédoublonnage de notre base de données.

Champ d'orangers

Fortes de 250 000 occurrences avec des facteurs de tri multiples nous avions bien préparé notre dossier en écrivant les différentes équations de tri et nous nous apprêtions à « seulement » faire passer le message à notre consultant pour tester sa capacité à faire le job.

La prestation a débuté avec une sensibilisation à l’autisme réalisé par la coach de notre consultant durant une heure pendant laquelle nous avons fait connaissance avec notre consultant, ses particularités, ses méthodes de travail et habitudes.

Nous avons poursuivi par une première session de travail conséquente de plus de 4h avec notre consultant pendant laquelle nous avons, grâce à ses questions très pertinentes, reformulé enrichi et complémenté notre besoin initial. Cette session a su nous faire voir au-delà de notre vision très orientée résultat et nous a ouvert les yeux sur un champ des possibles ; nous avons ainsi pu comprendre tout l’intérêt à travailler avec des personnes certes différentes mais qui ont un regard et une vision sur les projets beaucoup plus large que la nôtre.

Il a fallu certes prendre plus de temps pendant la prestation pour écouter, rassurer et tester des solutions avec notre consultant mais le résultat a été bien supérieur à notre demande initiale avec au final une base dédoublonnée, une automatisation du tri réalisé, une équation écrite et fonctionnelle pour la recherche des probabilités d’occurrence de doublon !

Nous avons vraiment été surpris du niveau de compétences et de la capacité d’assimilation de notre problématique par notre consultant qui s’est avéré être une aide précieuse avec une vision différente et surtout complémentaire à notre sujet, complexe et long à traiter (à nos yeux) il nous aura finalement permis de gagner plusieurs mois.

Logo Andros

Suite à ce projet nous avons en prévision d’autres sujets que nous allons certainement soumettre à auticonsult afin de profiter de cette valeur ajoutée qu’apporte la neurodiversité qui pour ma part se révèle être un vrai atout pour l’entreprise partenaire mais aussi pour le consultant qui s’épanouit pleinement dans une mission avec du sens.

Témoignage de Guillaume MAURIN, Responsable Cellule Performance Maintenance ANDROS