Image à la une Bpifrance

Est-ce difficile de communiquer avec des professionnels autistes ? Bpifrance répond

Est-ce difficile de communiquer avec des professionnels autistes ? Bpifrance répond

« Si parfois travailler avec ce type de profil demande un encadrement particulier et une plus grande précision dans l’expression de nos besoins, c’est un atout sur le long terme, car cela nous permet aussi d’améliorer notre communication avec l’ensemble de nos collaborateurs qui « osent » moins s’exprimer lorsque certaines de nos demandes s’avèrent confuses. »

Comment l’histoire avec auticonsult a-t-elle commencée ?

Nous avons commencé à travailler avec auticonsult en 2018 sur des missions de qualité documentaire.

J’appréhendais un peu de travailler avec des personnes autistes, car je craignais que la communication ne soit pas facile et qu’il faille sans cesse recourir à un intermédiaire auticonsult en cas de problème, même mineur et « normal » dans toute prise de poste.

Finalement, sur les 3 consultants auticonsult avec lesquels j’ai eu l’occasion de travailler, la communication n’a jamais été un problème : j’étais persuadée que les personnes autistes avaient du mal à s’exprimer, mais chaque consultant est très différent et il se trouve que l’un d’entre eux était même plutôt bavard !

Comment se déroule la mission actuelle ?

Le consultant avec lequel nous continuons à travailler aujourd’hui nous donne une pleine et entière satisfaction : sa rigueur et sa méticulosité apportent une vraie valeur ajoutée au service.

Si parfois travailler avec ce type de profil demande un encadrement particulier et une plus grande précision dans l’expression de nos besoins, c’est un atout sur le long terme, car cela nous permet aussi d’améliorer notre communication avec l’ensemble de nos collaborateurs, qui « osent » moins s’exprimer lorsque certaines de nos demandes s’avèrent confuses.

Nous apprécions également beaucoup l’encadrement de notre consultant par un coach auticonsult, ce qui permet d’avoir des moments d’échange sur les éventuelles difficultés rencontrées par chacun et les axes d’amélioration à apporter pour rendre notre quotidien toujours plus enrichissant.

Un conseil pour les entreprises souhaitant inclure des professionnels autistes ?

Si j’avais un conseil à donner aux entreprises qui souhaitent s’ouvrir à des profils plus variés, ce serait de bien cerner les qualités humaines attendues pour chaque poste. Certaines tâches demandent beaucoup de rigueur et d’organisation personnelle, tandis que d’autres seront plus adaptées à des profils créatifs et aimant gérer des sujets très variés : au fond, les études effectuées auparavant importent peu et la formation la plus importante se fait au fur et à mesure, dans l’entreprise.

L’essentiel est d’être le plus précis possible dans sa demande initiale, et lucide sur la réalité du poste proposé : il ne s’agit pas de vendre du rêve mais bien d’être honnête sur les possibles difficultés qui sont inhérentes au poste pour avoir une personne qui saura transformer ces obstacles en points positifs au quotidien.

Témoignage de Pauline Becker.
Pilote Digital Métier chez Bpifrance.

logo Bpifrance

Vous souhaitez inclure des professionnels autistes ?

Image satellite

Est-ce simple de travailler avec des professionnels autistes ? Le CNES témoigne

Est-ce simple de travailler avec des professionnels autistes ? Le CNES témoigne

Pour beaucoup de gens, la personne autiste est le surdoué comme dans le film Rain Man ou la personne lourdement handicapée et non-verbale. La réalité est beaucoup plus vaste. Une majorité est en capacité de travailler comme tout le monde si les adaptations nécessaires sont faites. Le CNES en témoigne dans cet article.

Présentation du client

Céline Tison travaille au CNES, le Centre National d’Etudes Spatiales. Elle est manager du service « Traitement Radar ». Ce service définit les algorithmes utilisés pour inverser les mesures faites par des radars à bord de satellites vers des paramètres géophysiques. Par exemple la hauteur des océans, la profondeur de glace, la hauteur des rivières et des lacs… etc

Contexte de la collaboration

Dans mon service, nous avons besoin de compétences en physique, en mathématiques et en informatique scientifique. Nous avons fait appel à auticonsult à deux reprises : une première mission en 2020 et une deuxième mission de cinq mois sur 2021 et début 2022.

2020 Première mission avec auticonsult

Image satellitePour la mission de 2020, il s’agissait d’intervenir sur la mission CFOSAT (China France Oceanography SATellite), un satellite qui mesure les vents et les vagues à la surface des océans. Nous avions besoin d’un nouveau regard, d’une personne qui nous apporte un œil critique sur l’inversion des signaux. Les algorithmes de calculs des vagues devaient être améliorés. Nous étions dans notre modèle de pensée, dans nos schémas habituels sur la physique de la mesure et nous avions envie d’un regard neuf.

C’était une demande complexe qui impose d’avoir un background théorique assez poussé. Nous ne voyons pas comment trouver une personne capable de mener à bien cette revue critique sans à priori. Quand j’ai entendu parler d’auticonsult, je me suis dit que c’était une réelle opportunité. Nous avons effectivement accueilli une consultante qui avait une telle capacité de travail qu’elle a pu comprendre très vite notre problématique. Grâce à son background, déjà très solide en physique et en mathématiques, elle a su être très pertinente très rapidement et capable de nous proposer de nouvelles solutions d’inversion.

La mission a duré un peu plus de 9 mois en tout. Elle nous a apporté exactement ce que nous espérions, c’est-à-dire de nouvelles solutions pour traiter les signaux.

Une deuxième mission en 2021-2022

La deuxième mission qui se termine tout juste, traite d’hydrologie. Nous cherchions à développer un nouveau simulateur pour représenter les futures mesures d’un concept instrumental en cours de développement. Dans ce cas, nous avions besoin d’une personne qui maîtrise les mathématiques et l’informatique. Auticonsult nous a proposé un profil qui correspond vraiment bien avec notre besoin.

La mission s’est déroulée en télétravail intégralement avec des interactions très régulières pour orienter le travail. Seulement quatre rendez-vous de deux jours ont été réalisés en présentiel. Le Job coach nous a aidé à adapter la méthode de travail à distance en cours de mission. Le résultat a été très profitable pour le consultant et pour nous. Nous sommes très contents du résultat final.

Les Job coachs pour faciliter la collaboration

Dans les deux cas, nous avons été accompagnés par des Job coachs. Je trouve que c’est extrêmement enrichissant pour le démarrage de la mission, en particulier la garantie d’un petit temps de sensibilisation proposé à toute l’équipe qui va intervenir avec le consultant auticonsult.

Cela nous permet de parler de l’autisme de façon ouverte et j’ai vraiment apprécié la franchise avec laquelle cela a été fait et l’implication du consultant qui vient nous expliquer comment il interagit avec les autres, et d’expliciter quels sont ses problèmes.

Ce temps d’échanges pose des bases de travail solides pour la suite puisque nous savons à quoi nous attendre, avoir connaissance des problèmes fait qu’il n’y a plus vraiment de problème finalement. Tout le monde s’adapte et le consultant devient juste une personne comme les autres membres de l’équipe. À chaque fois, les contacts ont été très bons.

Le Job coach nous accompagne sur la durée du contrat et permet d’ajuster très rapidement en cas de problème. Nous en avons rencontré très peu d’ailleurs !

Avez-vous une anecdote sur l’impact de l’autisme au travail ?

En fait, je n’ai pas vraiment d’anecdote sur l’impact de l’autisme dans le travail. Notre ressenti à tous est, qu’il n’y a pas tant de différences. Certes, il faut un peu s’adapter sur les relations humaines, mais cela se fait de façon très simple.

C’est ce qui nous a peut-être tous surpris dans l’équipe. C’est finalement très simple et cela s’est extrêmement bien passé lors des deux expériences.

Un conseil pour les autres entreprises ?

Je n’ai qu’un conseil à donner : « allez-y », lancez-vous et faites-vous confiance !

Il faut peut-être adapter un petit peu son mode d’intervention. Quand je suis une étude avec auticonsult, je m’implique peut-être un peu plus, je prends la main sur les comptes-rendus de réunion et surtout, je donne de l’information qui est utilisable tout de suite et pas longtemps à l’avance parce que je me suis aperçue que ça ne servait à rien.

Témoignage de Céline Tison.
Manager du service « Traitement Radar » au CNES.

logo CNES

Vous souhaitez inclure des professionnels autistes ?

Global Impact Report 2021 : Ce que disent nos consultants

Global Impact Report 2021 : Ce que disent nos consultants

Comme chaque année, nous avons le plaisir de vous partager notre rapport évaluant l’impact social de notre groupe international.

C’est aussi l’occasion de donner la parole à nos collègues consultants qui nous partagent leurs ressentis après avoir rejoint notre groupe. Voici leurs témoignages.

Profil du consultant : Laura Rousse, Consultante IT

Portrait de LauraAvant de rejoindre l’équipe Française d’auticonsult, Laura Rousse a travaillé pendant 15 ans dans différents domaines incluant des banques, des établissements financiers et même un magasin de loisirs créatifs. Elle ne parvenait pas à rester dans une même entreprise plus d’une année, ce qui lui causait énormément de stress. « J’avais des soucis avec des collègues ou avec le management mais je ne comprenais pas pourquoi », dit-elle. « Il m’est arrivé d’être licenciée sans avertissement préalable ou je finissais par m’ennuyer et je démissionnais car je n’étais plus intéressée par mon travail. »

Il y a deux ans, elle a été diagnostiquée autiste.

Aujourd’hui, elle travaille sur des projets fonctionnels ou data et utilise ses compétences en résolution de problèmes et en amélioration des process pour les clients. « Ce que j’apprécie vraiment dans mon travail au sein d’auticonsult c’est que je me sens enfin en confiance au travail. » Elle se sent moins fatiguée et peut mieux se concentrer sur ses missions sans le stress social qui parasitait ses anciens postes. « Pour la première fois de ma carrière je sens qu’on me fait confiance et qu’on me soutient, et ça aide énormément. »

Je me sens enfin en sécurité au travail. Je n’ai pas à me soucier des aspects sociaux, je suis moins fatiguée et je peux me concentrer sur mon travail.

Profil du consultant : Enzo De Luca, QA Analyst

Portrait de Enzo« Je suis toujours surpris de constater qu’il y a un an, je travaillais encore dans
le commerce de détail » explique Enzo de Luca, qui travaillait avant dans un magasin local de vente au détail et de technologie. « Je vendais les produits aux clients, rangeais les rayons, et passais le balai.» Pendant la pandémie du Covid-19, Enzo fut licencié puis a trouvé un nouvel emploi chez auticon Canada.»

«Je me sens beaucoup plus apprécié à auticon» dit-il. «Les personnes avec qui je travaille veulent réellement m’aider à m’améliorer tant sur l’aspect professionnel que personnel.» Chez auticon, Enzo a suivi une formation d’analyste assurance qualité, exécutant des tests et documentant les bugs de logiciels. «J’ai également été le programmeur principal sur un module de gestion des employés et j’ai aidé à communiquer pour que tous les membres de l’équipe soient sur la même longueur d’onde concernant la vision du projet.»

«auticon m’a donné les clés pour m’améliorer et exceller en tant que programmeur professionnel et en tant qu’individu. Je suis peut-être autiste, mais cela ne me rend pas différent du neurotypique lambda.»

Ils savaient ce sur quoi j’avais des difficultés… auticon m’a donné les outils nécessaires pour m’améliorer et exceller tant au niveau professionnel que personnel.

Voir notre rapport complet ci-dessous :

Cliquez sur le bouton ci-dessous pour charger le contenu de indd.adobe.com..

Charger le contenu

Covéa x auticonsult : la Big Data de manière inclusive ?

Covéa x auticonsult : la Big Data de manière inclusive ?

C’était une belle expérience humaine et professionnelle, c’est motivant et novateur. La différence est une richesse, sans aucun doute.

Contexte de la mission

Il y a 3 ans, le groupe Covéa avait terminé le regroupement de la gestion des données des 3 marques MAAF, MMA et GMF en un seul Datahub. Dans ce contexte, Mathieu (Manager du Datahub) avait besoin de talents pour optimiser le fonctionnement.

Avec Jean (Directeur du Datahub), ils souhaitaient intégrer plus de diversité dans leurs équipes et ont donc fait appel à auticonsult pour mener à bien ce travail d’optimisation.

En compagnie de Laurent, Intégrateur autour de solution Big Data chez Covéa et Référent du consultant auticonsult, ils témoignent tous les deux leur expérience de travailler avec un professionnel autiste.

Voici l’interview de Mathieu (M) et de Laurent (L) :

 

Comment s’est déroulée l’intégration du consultant ?

M : L’intégration s’est bien passée. Les membres de notre équipe s’entendaient déjà bien, et lorsque j’avais abordé cette démarche auticonsult tous avaient spontanément adhéré. Le consultant a bénéficié d’un bon accueil, par exemple l’équipe lui proposait dès son arrivée de déjeuner ensemble mais sans insister plus que nécessaire.

L : C’est vrai qu’au tout début, j’avais des craintes que l’intégration du consultant prenne beaucoup de temps. Mais si on respectait ses particularités (comme ses hypersensibilités) en lui attribuant par exemple un bureau avec peu de passage, c’était juste un collaborateur plus réservé que d’autres au final. La Job Coach nous avait très bien expliqué les difficultés professionnelles que pouvaient induire l’autisme. Cela se ressent très vite sur le terrain, et on comprend rapidement que Joseph n’est pas à l’aise avec les approximations, les sous-entendus.

 

La crise sanitaire a-t-elle impacté cette intégration ?

M : La crise a conduit à un éloignement drastique dès le premier confinement. Il y a eu une perte du contact social que toute l’équipe appréciait, mais tout le monde a su s’adapter y compris Joseph (consultant auticonsult).

L : La distanciation était difficile pour Joseph, mais il n’éprouvait pas de difficultés à communiquer et participer aux réunions en ligne. Certaines périodes ont été un peu dures, le confinement survenant dès le début de la mission, mais nous avons pu les traverser sans que l’intégration de Joseph n’en pâtisse véritablement. C’est vrai que le consultant faisait part de la baisse de lien social causées par les différents confinements (en effet, une personne autiste peut être plus réservée mais peut aimer les liens sociaux également), mais notre équipe échangeait régulièrement avec lui et la Job Coach d’auticonsult était heureusement là pour lui.

 

En parlant de Job Coach, qu’est-ce que le coaching vous a apporté ?

M : En plus des points qu’elle a régulièrement avec Joseph, la Job Coach nous a partagé des recommandations sur l’autisme en général mais aussi spécifiquement sur le consultant auticonsult lors de la réunion de sensibilisation. Ces recommandations étaient très bien prises en compte par l’équipe. Tout le monde avait bien compris et savait comment communiquer avec Joseph. Mais en même temps, ça ne nous a pas empêchés d’avoir une relation tout à fait « normale » avec lui. Cette sensibilisation était très importante et je suis content qu’auticonsult l’ait organisée avant la mission.

L : Joseph n’éprouve aucun problème à communiquer sur son ressenti, et la manière dont il aborde les sujets. Malgré cela l’aide de la Job Coach est précieuse pour nous rassurer sur les tâches que nous confions à Joseph, et nous conforter dans nos choix.

 

Selon vous, quelle est la plus grande force du consultant ?

M : En tant que manager je dirais sa posture, il inspire confiance car on voit tout de suite qu’il est carré, et il a toujours été congruent avec sa posture. Également son professionnalisme, sa rigueur et bien sûr le fait qu’il n’oublie rien.

L : Joseph est très rigoureux dans son travail, il ne laisse pas les sujets sans réponse s’accumuler et n’hésite pas à relancer les collègues dont il attend les retours, directement ou par mon intermédiaire. On peut lui faire entièrement confiance pour garder à l’esprit l’exhaustivité de ses sujets et chercher à continuellement les faire avancer.

 

La collaboration avec auticonsult a-t-elle eu un effet positif sur l’équipe ? Si oui le(s)quel(s) ?

M : Oui sans aucun doute. Parmi les nombreux effets positifs, il y a tout d’abord l’aspect humain du projet qui s’intègre dans notre culture de mutuelle. La démarche est également très fédératrice et renforce la cohésion collective.

L : Je ne connaissais l’autisme qu’au travers de reportages, et pouvoir côtoyer et travailler avec des personnes qui vivent avec permet de mieux comprendre leurs difficultés. Cela a des répercussions en dehors du monde professionnel également, et permet de parler de l’autisme autour de soi.

 

Comment résumeriez-vous cette expérience ?

M : C’était une belle expérience humaine et professionnelle, c’est motivant et novateur. La différence est une richesse, sans aucun doute. Nous referons appel à auticonsult dès que de nouveaux projets s’y prêteront.

L : Cette expérience est très enrichissante, c’est très réconfortant de voir que dans notre monde compétitif, il y a de la place pour des sociétés comme auticonsult.

Témoignage de Mathieu Bonelli et Laurent Cailleteau.
(Respectivement) Responsable Datahub et Intégrateur autour de solution BigData chez Covéa.

Accueillir un consultant autiste : une expérience fascinante chez Décathlon

Accueillir un consultant autiste : une expérience fascinante chez Décathlon

Notre équipe cherchait juste un consultant qui sache bien faire le travail. Ce qui en est ressorti est bien plus qu’une mission réussie.

La demande initiale

Au début, notre équipe était à la recherche d’une personne pour une mission de migration d’un outil de ETL. Un travail qui peut paraître simple mais qui au fond est compliqué à cause des nombreux aléas que l’on peut rencontrer. La personne en charge de cette mission devait s’assurer que tous nos traitements restaient opérationnels sur la nouvelle version de l’outil.

On ne cherchait pas spécifiquement une personne sur le spectre de l’autisme ou étant en situation de handicap, juste une personne compétente et qui connaissait l’outil ce qui était le cas de Laurent (consultant auticonsult). C’est comme ça que l’aventure a commencé.

La sensibilisation

Au début de la mission, une job-coach est venue nous faire une sensibilisation sur l’autisme et les particularités de Laurent. Elle nous a beaucoup aidé à comprendre ce « trouble » car très peu de personnes connaissaient l’autisme dans notre équipe. Cette sensibilisation nous a permis de comprendre ce qu’était le spectre de l’autisme, et comprendre la raison de la discrétion de Laurent.

Quand la mission a démarré et qu’on a commencé à travailler avec Laurent, la communication s’est finalement bien passée entre nous. Certes, Laurent n’allait pas de lui-même faire des ragots à la machine à café mais on n’a pas ressenti de réelles difficultés pour communiquer.

Le travail

En ce qui concerne la qualité du travail, je me rendais compte que Laurent réfléchissait « différemment » et ceci apportait une vision innovante sur la mission. Je m’en suis rendu compte notamment à l’initialisation du projet. Laurent a su décortiquer les travaux existants et tout référencer dans un tableau pour faciliter le projet. Il a rigoureusement parcouru l’ensemble des travaux pour les cartographier. Avec le nombre de jobs et de sous jobs que cela représentait, la tâche était fastidieuse, mais ça ne semblait pas préoccuper Laurent qui souhaitait simplement aboutir cette tâche qu’il avait entreprise.

La mission ayant démarrée peu avant le confinement, Laurent a commencé le travail à distance à 50% puis est passé à 100% en télétravail. Mais ceci n’a pas semblé le gêner et tout s’est bien passé au final.

Ce que je retiens

Je suis très content d’avoir fait la démarche, très content d’en savoir plus sur l’autisme et très content également d’avoir partagé cette expérience avec l’équipe.

Outre la qualité du travail fourni par Laurent, la sensibilisation faite au début de la mission a été particulièrement appréciée par mes collègues. J’étais moi-même surpris d’avoir des échos positifs de ma hiérarchie lors de mon entretien mensuel.

On parle toujours de prendre les meilleurs chez Décathlon et l’autisme n’a pas été un frein pour choisir les meilleurs talents. C’était une belle découverte, humaine et technique.

 

Témoignage de Charles-Adrien LE TETOUR
Leader Dev Data chez Decathlon